Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Adhésion en ligne à

CBL-ZuZ

adhèrer

Brochure CBL - ZuZ

Téléchargez notre brochure de présentation et le bulletin d'adhésion.

pdf

Infobrief - lettre d'informations

Notre newsletter est envoyée 2 fois dans l’année.
Voir la lettre d'informations 2020

Visiteurs

Aujourd'hui 19

Hier 38

Cette semaine 178

Ce mois 782

Depuis 2011 179005

Nouvelles de la Lorraine germanophone - Nachrichten aus dem deutschsprachigen Lothringen

Stellungnahme

 

Stellungnahme der Vereinigung zur Förderung der Zweisprachigkeit – Association pour la promotion du bilinguisme e.V. zur obligatorischen Englischzertifizierung der Licence, DUT und BTS

Prise de position de l‘Association pour la promotion du bilinguisme au sujet d’une certification en anglais des licences, DUT et BTS

Natürlich kommt dem Englischen als erster Fremdsprache eine primäre Rolle zu. Das darf aber nicht zu einer Wahl führen, die andere Sprachen von vorneherein ausschließt. Dies gilt besonders in den Grenzregionen, wo andere Sprachen als Englisch aufeinandertreffen. So möchten wir seitens unserer Vereinigung zur Förderung der Zweisprachigkeit uns ausdrücklich dafür aussprechen, dass bei der angestrebten Zertifizierung zusätzlich zum Englischen die jeweilige Nachbarsprache, z.B. Deutsch im Grand Est oder Spanisch in der Nouvelle-Aquitaine und der Occitanie zum Erwerb der Licence, DUT- und BTS-Abschlüsse obligatorisch wird. Andernfalls würden ja die Beschlüsse des Aachener Vertrags von 2019 in Frage gestellt.

Lire la suite : Stellungnahme

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Les relations entre Moselle et Sarre à l’épreuve du coronavirus

 

Lorsque j’étais enfant, dans les années cinquante, il m’arrivait souvent de me rendre de Saint-Avold où j’habitais, à Völklingen où habitait ma marraine. Avec mes parents, je prenais un autocar dont le terminus était l’église de Carling. De là, nous marchions durant un bon kilomètre pour atteindre le poste-frontière de Lauterbach. Pour l’enfant que j’étais, le passage de la frontière était angoissant en raison des uniformes, des armes des douaniers et surtout des cent mètres qui séparaient les deux postes de douane. Ils me paraissaient interminables et terriblement oppressants. Nous poursuivions notre marche sur un bon kilomètre encore avant de rejoindre un arrêt de bus où nous montions dans un trolleybus qui nous emmenait jusqu’à Völklingen. Durant ce kilomètre, j’observais tout et me disais que tout était désormais allemand, les maisons mais aussi la forêt environnante, jusqu’aux oiseaux que je pensais être des oiseaux allemands…

Lire la suite : Les relations entre Moselle et Sarre  à l’épreuve du coronavirus

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de notre politique de confidentialité et l’utilisation de cookies destinés au suivi des visites sur notre site.