Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Brochure CBL - ZuZ

Téléchargez notre brochure de présentation et le bulletin d'adhésion.

pdf

Visiteurs

Aujourd'hui 9

Hier 53

Cette semaine 118

Ce mois 990

Depuis 2011 142317

Roland Pfefferkorn :

« Quelle articulation entre français, dialectes et allemand standard ? »

 

Roland Pfefferkorn, natif du pays de Bitche, est professeur de sociologie à l’université de Strasbourg.

Il a discuté dans son intervention des rapports entre langue écrite (le Hochdeutsch ou l’allemand standard) et langue parlée (l’allemand dialectal : daïtsch, plattdaïtsch platt…) à partir de la situation actuelle de l'Alsace et de la Moselle. Il a pris en compte le déclin considérable de la pratique des langues régionales depuis les années 1970. Il a toutefois insisté sur le caractère contradictoire du changement de langue (de l’allemand dialectal vers le français standard) au fil des générations. Ce changement de langue a été imposé par une République jacobine. Mais si la langue française a été la langue de l'institution scolaire, celle du maître d'école, elle était aussi, du point de vue des enfants, celle de l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. Du fait de cet aspect contradictoire, l’apprentissage du français standard a aussi permis une formidable ouverture, au monde des idées, aux livres, à la littérature... Le processus d'imposition linguistique ne se laisse donc pas réduire à cette seule dimension de l'imposition.

La prise en compte des changements linguistiques considérables intervenus en Alsace et en Moselle est de son point de vue, incontournable pour toute réflexion portant sur la question du bilinguisme et des classes bilingues régionales. Cette nécessaire prise en compte n’a rien à voir avec une quelconque adhésion à l'idée d'une supposée « supériorité » de la langue française. Par ailleurs, l'intérêt du bilinguisme, devrait aller de soi : les personnes qui maîtrisent deux langues (ou trois ou davantage) ont un avantage évident par rapport à celles qui n'en maîtrisent qu'une. Il a rappelé que c'est le bilinguisme qui prévaut dans la plupart des régions du monde, notamment en Asie et en Afrique, le monolinguisme représentant la situation la moins fréquente.

Lire l’article :

Comments est propulsé par CComment

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de notre politique de confidentialité et l’utilisation de cookies destinés au suivi des visites sur notre site.
En savoir plus J'accepte Je refuse