Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Les relations entre Moselle et Sarre à l’épreuve du coronavirus

 

Lorsque j’étais enfant, dans les années cinquante, il m’arrivait souvent de me rendre de Saint-Avold où j’habitais, à Völklingen où habitait ma marraine. Avec mes parents, je prenais un autocar dont le terminus était l’église de Carling. De là, nous marchions durant un bon kilomètre pour atteindre le poste-frontière de Lauterbach. Pour l’enfant que j’étais, le passage de la frontière était angoissant en raison des uniformes, des armes des douaniers et surtout des cent mètres qui séparaient les deux postes de douane. Ils me paraissaient interminables et terriblement oppressants. Nous poursuivions notre marche sur un bon kilomètre encore avant de rejoindre un arrêt de bus où nous montions dans un trolleybus qui nous emmenait jusqu’à Völklingen. Durant ce kilomètre, j’observais tout et me disais que tout était désormais allemand, les maisons mais aussi la forêt environnante, jusqu’aux oiseaux que je pensais être des oiseaux allemands…

Lire la suite : Les relations entre Moselle et Sarre  à l’épreuve du coronavirus

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de notre politique de confidentialité et l’utilisation de cookies destinés au suivi des visites sur notre site.