Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Brochure CBL - ZuZ

Téléchargez notre brochure de présentation et le bulletin d'adhésion.

pdf

Infobrief - lettre d'informations

Notre newsletter est envoyée 2 fois dans l’année.

Visiteurs

Aujourd'hui 16

Hier 94

Cette semaine 994

Ce mois 1522

Depuis 2011 158295

 1939-1940

Mon année de réfugié à Beaumont La Tricherie (Poitou)

par Charles Schneider

 

 

Charles Schneider

 

 

 

 

 

Docteur Charles Schneider

Résidence Vauban

56 Boulevard de Lorraine

57500 Saint Avold

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

 

 

3 Septembre1939, début de la deuxième guerre mondiale

Les premiers jours de septembre 1939 sont marqués au fer rouge, de façon indélébile, dans ma mémoire.

Replaçons d’abord les évènements dans l’histoire : après avoir annexé l’Autriche et la Tchécoslovaquie, Hitler revendiqua la restitution de Danzig, avec la suppression du corridor, reliquat du traité de Versailles. Le nouvel état polonais refusant toute négociation, nous savions que la guerre était inévitable et imminente. Dès la mi-août, nous nous réunissions devant le poste de radio de l’oncle Pierre pour capter les nouvelles diffusées par les stations suisses (Sottens et Beromunster). Cet appareil était une grosse boîte, avec de grandes lampes diodes illuminées, dégageant des odeurs d’ozone. La rechercher des fréquences provoquait des miaulements stridents. Pour qu’il fonctionne, Pierre avait dû ériger une antenne haute, entre deux mâts, sur toute la profondeur de son jardin.

 

Nous savions qu’en cas de guerre, nous, frontaliers, allions être évacués en priorité. Subira le même sort la population mosellane habitant entre la ligne Maginot et la frontière, soit, environ 300 000 personnes. La ligne Maginot la plus proche de nous suivait le relief du plateau lorrain, c’est-à-dire les hauteurs de Laudrefang, Téting, Bambiderstrof, Longeville, etc…

 

Lire la suite : Mon année de réfugié dans le Poitou

Les Schirrmeister - Chronique d'une famille mosellane (1870 - 2014)

Dans la saga familiale des Schirrmeister, l’auteur fait la chronique d’une famille de l’Est mosellan à travers 4 générations. Il nous dépeint les vicissitudes et les souffrances, mais aussi les joies de cette population, ballottée autour de 3 conflits entre la France et l’Allemagne. De langue francique germanique depuis le VIe siècle les Mosellans doivent tantôt réapprendre l’allemand (hochdeutsch), ou le français, avec toutes les contraintes et les handicaps que cela implique.

Les Schirrmeister - Chronique d'une famille mosellane

L’ouvrage est imprégné de tranches de vie militaire tantôt forcée (à partir de 1942) - dans l’armée allemande – tantôt dans l’armée de la République. Les traditions, les équipements, que ce soit dans la cavalerie ou dans la maîtrise d’armes blanches, sont excellemment décrites pour les 2 armées.

L’auteur possède également une grande connaissance de la gastronomie des 2 pays. Passionne de technique automobile, il enregistre les progrès de nombreux modèles devenus historiques.

Le récit alterne les 3 variétés linguistiques, française, allemande et francique et montre le grand attachement de cette population au catholicisme devenu une partie de son identité, en réaction au protestantisme allemand et à la laïcité française.

De savoureux dialogues en francique parsème le texte. Les habitants de la région houillère, frontalière avec la Sarre s’y reconnaîtront.

 

Lire la suite : Les Schirrmeister - Chronique d'une famille mosellane (1870 - 2014)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de notre politique de confidentialité et l’utilisation de cookies destinés au suivi des visites sur notre site.
En savoir plus J'accepte Je refuse