Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Brochure CBL - ZuZ

Téléchargez notre brochure de présentation et le bulletin d'adhésion.

pdf

Visiteurs

Aujourd'hui 11

Hier 72

Cette semaine 241

Ce mois 1264

Depuis 2011 146268

Patrimoine rural mosellan : le massacre continue

 

 

 

Triste fin d'année 2014 pour le patrimoine bâti de la commune d'Insviller. Le propriétaire d'une maison à colombages datant du 18ème siècle l'a fait détruire alors que l'Architecte des Bâtiments de France, saisi par la section Moselle de l'association Maisons Paysannes de France, avait prescrit un démontage soigné plutôt qu'une démolition.

Le propriétaire allemand de cette maison n’en est pas à son premier coup puisqu’il avait déjà fait détruire un ancien moulin. La structure en pans de bois (autre nom des colombages) de la maison était pourtant en bon état. Il y avait même, chose rare, une cheminée en pans de bois à l'intérieur de la maison.

La commune d’Insviller n'a pas mis beaucoup d'énergie à sauver cette maison préférant visiblement un village aux constructions modernes uniformes aux charmes d’un village conservant des éléments de son passé. Un calcul à court terme alors que le tourisme se développe en Moselle et que les touristes recherchent l’authenticité et les charmes du patrimoine historique.

À Réning, une maison à colombages du 17ème siècle tombe en ruine et se trouve actuellement aux mains de la commune qui n'en fait rien.

Dans le pays des Étangs, au milieu du village de Loudrefing subsiste une maison classée Monument historique (MH). Le logis est en bon état pour autant que l'on puisse en juger de l'extérieur. Sur la partie grange de moindre valeur parce que reconstruite au 20ème siècle, le toit arrière a commencé à s'effondrer. Si la maison n'est plus entretenue, le logis classé se dégradera également très vite. Le propriétaire pense que la maison ne trouverait pas d'acquéreur en raison de son classement MH et des contraintes que cela implique. Nous invitons d’éventuels intéressés à contacter la section Moselle de l'association Maisons Paysannes de France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En effet, outre qu’elle organise elle-même certains chantiers de rénovation de maisons paysannes, la section Moselle de Maisons Paysannes de France apporte aide et conseils aux personnes désireuses de rénover leur maison rurale ou de la vendre dans le souci d’être rachetée par une personne respectueuse du patrimoine.

On ne peut être que scandalisé par l’inertie de certaines communes, des collectivités territoriales et des services déconcentrés de l’État chargés de la culture en Lorraine alors même que selon La Gazette des communes, une étude de l’agence régionale du patrimoine de la région PACA réalisée en 2009 pour le ministère de la Culture nous rappelle que le patrimoine n’est pas qu’une charge, mais aussi un placement qui rapporte gros (« L’impact économique national du patrimoine est plus de vingt fois supérieur à ce qu’il mobilise comme dépense d’investissement») même à l’heure où les collectivités territoriales sont tentées de couper dans les dépenses qu’elles jugent moins prioritaires mais ne réalisent pas qu’elle hypothèquent l’avenir.

Rappelons enfin que les propriétaires privés qui souhaitent effectuer des travaux de restauration sur des immeubles ou parties d’immeubles classés Monuments Historiques ou inscrits à l’inventaire supplémentaire, peuvent solliciter des mécènes. Désormais, les sommes versées par les mécènes ouvrent droit à une réduction d’impôt au titre de l’impôt sur le revenu

 

 

 

Comments est propulsé par CComment

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de notre politique de confidentialité et l’utilisation de cookies destinés au suivi des visites sur notre site.
En savoir plus J'accepte Je refuse