Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Brochure CBL - ZuZ

Téléchargez notre brochure de présentation et le bulletin d'adhésion.

pdf

Visiteurs

Aujourd'hui 38

Hier 49

Cette semaine 452

Ce mois 1256

Depuis 2011 149484

Le dispositif Trilingua en sursis ?

Le programme d’échanges d’assistants éducatifs locuteurs natifs entre certaines écoles du département de la Moselle et des écoles de Sarre et du Palatinat Trilingua est-il menacé ?

Lors de la récente Réunion du Conseil Académique des Langues Régionales, le Rectorat a confirmé que le projet INTERREG IV dans le cadre duquel est cofinancé TRILINGUA se terminait en 2014 et que le nouveau programme INTERREG V ne financerait plus de tels projets. Il appartient donc aux collectivités territoriales de trouver le complément de financement.

S’il présente l’avantage d’exister, TRILINGUA a aussi des inconvénients majeurs : il ne s’agit pas véritablement d’enseignement bilingue puisqu’il ne porte que sur quelques heures hebdomadaires dont le nombre varie selon les classes concernées.

Il est profondément inégalitaire puisque les 10 communes qui ont choisi d’y participer doivent dépenser chacune entre 30 000 et 70 000 euros / an (un effort colossal pour des communes dont certaines ont moins de 1000 habitants) alors que le Conseil général de Moselle n’y consacre que 145 000 euros pour la totalité des 7 ans. Seuls les enfants de ces communes peuvent donc bénéficier de ce dispositif.

On s’étonnera une fois encore que les élus n’aient pas saisi l’occasion de l’échéance du projet INTERREG IV pour s’intéresser à un autre dispositif plus performant qui s’inscrit lui dans le cadre normal de l’éducation nationale et qui ne dépend pas des seuls engagements financiers des collectivités territoriales: l’enseignement bilingue à parité horaire français-allemand langue régionale. Et ce d’autant plus que, dans une réponse à un courrier de CBL, Patrick Weiten avait indiqué il y a un an et demi qu’il avait « pris bonne note de [notre] analyse du dispositif Trilingua ainsi que de [notre] préconisation de déployer en Moselle l’enseignement bilingue à parité horaire français-langue régionale » et écrivait « Je vous informe que, conscient des axes de progrès de Trilingua au regard des enjeux économiques et sociaux de l’apprentissage de l’allemand en Moselle, j’ai demandé à mes services d’engager une réflexion afin de pouvoir, en coordination avec les institutions compétentes, apporter aux Mosellans une réponse plus globale. Je ne manquerai pas de vous tenir informé des avancées de celle démarche».

Comments est propulsé par CComment

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de notre politique de confidentialité et l’utilisation de cookies destinés au suivi des visites sur notre site.
En savoir plus J'accepte Je refuse