Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Brochure CBL - ZuZ

Téléchargez notre brochure de présentation et le bulletin d'adhésion.

pdf

Visiteurs

Aujourd'hui 40

Hier 49

Cette semaine 454

Ce mois 1258

Depuis 2011 149486

LEITARTIKEL / EDITORIAL

Bien que la loi de refondation de l’Éducation nationale (également appelée «Loi Peillon»), adoptée en 2013, octroie de nombreuses possibilités légales pour promouvoir les langues régionales, peu de choses concrètes se font en matière de bilinguisme... Pendant ce temps, la Sarre voisine met en œuvre sa «stratégie française», qui vise notamment à instaurer le français comme première langue étrangère enseignée.

Les compétences en français des Sarrois devraient ainsi s’améliorer considérablement. Dans les deux décennies qui viennent, on pourrait ainsi parvenir à une situation dans laquelle une Sarre plurilingue fait face à une Lorraine largement monolingue. La Sarre se conçoit non sans raison comme un pont entre l’Allemagne, d’une part, et la France et le Luxembourg, d’autre part, un rôle que la Lorraine germanophone devrait également jouer en raison de son histoire culturelle millénaire. Les décideurs lorrains et français, qu’il s’agissent de l’Éducation nationale, des élus, des entreprises ou bien encore des familles, doivent être conscients que des connaissances en allemand constituent à la fois un moyen important d’épanouissement personnel et de redynamisation de l’économie régionale et qu’elles doivent absolument être promues davantage.

 

 

 

 

Comments est propulsé par CComment

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de notre politique de confidentialité et l’utilisation de cookies destinés au suivi des visites sur notre site.
En savoir plus J'accepte Je refuse