Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Brochure CBL - ZuZ

Téléchargez notre brochure de présentation et le bulletin d'adhésion.

pdf

Infobrief - lettre d'informations

Notre newsletter est envoyée 2 fois dans l’année.

Visiteurs

Aujourd'hui 19

Hier 31

Cette semaine 105

Ce mois 679

Depuis 2011 151984

Commémoration de la grande guerre et inauguration du musée de Gravelotte: attention aux amalgames !

"Il y a sur nos territoires des traits d’union à développer. Le futur musée de Gravelotte et la Maison de Robert Schuman sont des lieux qui ont la capacité de rassembler les Alsaciens et les Mosellans. La bataille de Gravelotte est comparable à celle de Woerth. Ce musée parlera non seulement de la Guerre de 1870, mais aussi de l’Annexion. Il dévoilera en effet l’histoire des Malgré-Nous, que beaucoup de Français méconnaissent. Il résonne donc avec le musée de Woerth et celui de Schirmeck" a indiqué le président du Conseil général de Moselle

 

La guerre de 1870, la première annexion allemande et les Malgré-Nous ? Voilà un mélange des genres des plus contestables. Le Musée de Gravelotte a-t-il vocation à traiter également de l’annexion de 1940-45 ? Pas si l’on en croit la propre description du musée (L’appellation «Musée de la Guerre de 1870 et de l’histoire du Reichsland d’Alsace-Lorraine» eût dès lors été plus appropriée). En outre, il existe déjà un musée des Malgré-Nous et de Tambow à Amneville.

 

Le terme de Malgré-Nous ne s’applique pas aux recrues mosellanes et alsaciennes ayant combattu dans l’armée allemande durant la première guerre mondiale mais uniquement aux soldats mosellans, alsaciens, luxembourgeois et des cantons germanophones belges enrôlés de force dans la Wehrmacht entre 1940 et 1945.

 

La lecture des archives de la «grande guerre» montre d’ailleurs que nombre de soldats alsaciens-mosellans étaient loin d’être hostiles à l’armée dans laquelle ils combattaient. Un récent ouvrage rassemblant les lettres d’un simple soldat mosellan originaire de Montenach à sa sœur apporte à cet égard un éclairage intéressant sur l’état d’esprit de ces recrues et sur leur loyauté à l’armée du Kaiser. En outre, il n’y a pas eu une annexion mais deux, de durée et de nature totalement différentes. On rappellera d’ailleurs au passage que, au regard du droit international, il n’y a pas eu annexion de fait en 1871 mais cession – certes bien involontaire – mais cession quand même par la France à l’Allemagne en vertu d’un traité des territoires constituant actuellement la Moselle et l’Alsace. Ce ne fut pas le cas en 1940.

 

Il n’y aucun rapport entre la période du Reichsland (1871-1918) et la tragédie vécue pour notre Moselle sous le joug nazi dont le drame des Malgré-nous. Il n’est donc pas pertinent d’utiliser ce terme dans le contexte de la première guerre mondiale.

 

 

 

Comments est propulsé par CComment

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de notre politique de confidentialité et l’utilisation de cookies destinés au suivi des visites sur notre site.
En savoir plus J'accepte Je refuse