Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Adhésion en ligne à

CBL-ZuZ

adhèrer

Brochure CBL - ZuZ

Téléchargez notre brochure de présentation et le bulletin d'adhésion.

pdf

Infobrief - lettre d'informations

Notre newsletter est envoyée 2 fois dans l’année.
Voir la lettre d'informations 2020

Visiteurs

Aujourd'hui 4

Hier 25

Cette semaine 108

Ce mois 129

Depuis 2011 187017

Nouvelles de la Lorraine germanophone - Nachrichten aus dem deutschsprachigen Lothringen

Editorial:

 

Dépasser…

 

En ces temps de pandémie où le virus incite à la tentation de retour aux frontières nationales, régionales,... il nous appartient de réfléchir au monde « d’après » que nous appelons de nos vœux.

 

La quête du bilinguisme dans l’espace mosellan qui est la raison d’être de notre association exige le dépassement des clivages intellectuels, idéologiques, politiques qui entretiennent la confusion.

 

Dépassement de la ligne de rupture trop longtemps entretenue entre Romanité et Germanité, entre espaces francophone et germanophone pour penser la Moselle comme une zone tampon

où coexistent parlers dialectaux, langues régionales et langues nationales.

 

Dépassement des chicaneries entre défenseurs inconditionnels d’un dialecte contre un autre, des dialectes contre l’allemand standard et de l’incapacité à nommer la langue régionale et le territoire concerné.

 

Dépassement du monolinguisme par l’accession au bilinguisme français-allemand qui est une émancipation linguistique, culturelle et souvent, sociale et professionnelle. Un bilinguisme qui vous enrichit vous-même au contact de l'Autre...

 

Il nous a donc paru indispensable de manifester nos convictions les plus profondes afin qu’il y ait une prise de conscience de tous les acteurs potentiels qu’il leur faut relancer et intensifier les moyens donnés à la population mosellane d’accéder à un bilinguisme apaisé et ouvert.

 

Léon DIETSCH

 

Manifeste pour une Moselle bilingue

Le bilinguisme français-allemand, une exigence en territoire mosellan

 

 

La Moselle, une terre d’entre-deux.

 

La Moselle est depuis l’Antiquité une terre d’entre-deux aux plans géographique, historique, linguistique, culturel.

Terre d’ouverture au Bassin Parisien, à la vallée du Rhône ou à l’Alsace d’une part, mais également terre d’ouverture à l‘espace germanophone des régions belgo-luxembourgeoises ou allemandes d’autre part.

Cette double appartenance pose la question de la survie, de la réaffirmation de l’allemand, langue régionale historique et au-delà, de la définition de cette langue régionale et de l’articulation entre le dialecte et l’allemand standard.

 

Un germanisme deux fois millénaire. L’allemand, langue régionale historique.

 

La Moselle germanophone se situe dans l'aire des parlers germaniques et plus précisément allemands. Ce domaine, qui couvre l'Allemagne, l'Autriche, la Suisse alémanique, la Belgique germanophone, le Luxembourg et les régions de Moselle et d'Alsace où on parle Ditsch/Platt, se caractérise par la présence de multiples dialectes ou parlers régionaux, souvent très différents les uns des autres, mais qui ont en commun un certain nombre de caractéristiques lexicales et grammaticales qui fondent leur unité. Ces dialectes constituent les langues vernaculaires encore très vivaces sur l'ensemble de ce territoire. L'allemand standard, encore appelé Hochdeutsch, est commun à tous ces territoires. Il est la référence normée de toutes ces langues et permet l'intercommunication orale et écrite malgré les différences. Parlers régionaux et langue standard sont donc intimement liés et des dimensions d'une même langue. Les dialectes allemands de Moselle, encore appelés dialectes franciques, sont situés dans l'aire des parlers « Mitteldeutsch » qui occupent de manière schématique les Länder allemands de Rhénanie-Palatinat et de Sarre. Sur le plan linguistique, la Moselle germanophone montre donc le même profil linguistique dans la relation dialecte/langue normée que ces territoires.

Lire la suite : Manifeste pour une Moselle bilingue

Parlons donc du continuum linguistique

 

Amusant, cette façon de vouloir se « catégoriser » : « Moi, je parle le francique rhénan », « Je suis de la région de Boulay ; chez moi, c'est du francique mosellan. ». « Nous ici, affirmera-t-on du côté d'Apach, nous parlons le francique luxembourgeois et le francique luxembourgeois, ça n'a rien a voir avec l'allemand ». Chez nos amis alsaciens c'est pareil : du sud au nord on parle différentes formes d'alémanique et même du francique tout au nord. Et tout cela on l'appelle « alsacien ». D'ailleurs le terme francique peut aussi porter à discussion. Mais il a au moins un avantage : celui de donner un nom à cette langue régionale qu'officiellement on persiste à vouloir à « désidentifier » en la nommant « langues régionales des pays mosellans » – au pluriel.

Lire la suite : Parlons donc du continuum linguistique

Une frontière à dépasser: celle de la Moselle-Est… vue de Metz

 

J’ai vécu à Saint-Avold durant 45 ans, de 1955 à l’an 2000. Plus précisément à la cité Emile Huchet, une cité ouvrière des Houillères du Bassin de Lorraine. Le Platt étant ma langue maternelle, j’ai appris le français à l’école primaire comme j’aurais pu apprendre le chinois. Un enfant apprend facilement, sans même s’en rendre compte, disent les linguistes. Ce n’est pas une question de langue mais une question d’oreille…

C’est en arrivant à Metz, en l’an 2000, que j’ai véritablement pris conscience de mon identité est-mosellane.

A la Toussaint, j’ai demandé à ma fleuriste si elle pouvait me vendre des bougies qu’on met sur les tombes. Comme elle n’en avait pas, j’ai pensé un moment qu’elle était en rupture de stock… En fait, elle n’en vendait pas, parce que personne ne lui en demandait jamais… Je lui ai alors dit que je venais de Moselle-Est.

Un matin, à la boulangerie au coin de ma rue, la force de l’habitude m’a conduit à demander une schneck. « Vous voulez dire un pain aux raisins ? Oui, c’est ça, un pain aux raisins… »

La fleuriste et la boulangère ont fait de moi un Mosellan de l’Est…

Lire la suite : Une frontière à dépasser: celle de la Moselle-Est… vue de Metz

Formation et recrutement d‘animatrices et animateurs de séjours franco-allemands

 

Pour l’été 2021, le BILD et la GÜZ prévoient, avec le soutien de l’OFAJ, l’organisation de 14 rencontres franco-allemandes de jeunes de 9 à 18 ans, en France ou en Allemagne.

Cherchant à recruter et former elles-mêmes les jeunes adultes qui deviendront les animateurs et animatrices de nos séjours, les associations organisent au printemps une formation à l’animation de rencontres franco-allemandes.

Le but : faire des futurs animateurs et animatrices des personnes capables de prendre en charge à la fois le travail linguistique et les activités de loisir de nos séjours, et désireuses de transmettre leur goût pour le franco-allemand !

Retrouvez toutes les informations ci-dessous:

Descriptif de la formation:

 http://www.bild-documents.org/index.php/formations/animateur-sejour-linguistique

 

Formulaire de candidature:

 http://www.bild-documents.org/images/pdf/2.dossier candidature f 2021.pdf

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de notre politique de confidentialité et l’utilisation de cookies destinés au suivi des visites sur notre site.