Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Brochure CBL - ZuZ

Téléchargez notre brochure de présentation et le bulletin d'adhésion.

pdf

Visiteurs

Aujourd'hui 7

Hier 35

Cette semaine 64

Ce mois 615

Depuis 2011 134696

Nouvelles de la Lorraine germanophone - Nachrichten aus dem deutschsprachigen Lothringen

Rencontres 2017 pour le bilinguisme en Lorraine

Les Rencontres 2017 pour le bilinguisme en Lorraine
Treffen 2017 für die Zweisprachigkeit in Lothringen
Penser le bilinguisme du XXI° siècle en Lorraine
18 novembre 2017 au Novotel de Saint-Avold
 

Vidéo de TV8 ZapMe

Ouverture des Rencontres

Les Rencontres 2017 pour le bilinguisme en Lorraine s’ouvrent en présence de Nicole Muller-Becker, vice-présidente de la région Grand-Est pour la coopération transfrontalière et le développement du multilinguisme, d’Hélène Zannier et Nicole Trisse, respectivement députées des 7ème et 5ème circonscriptions de Moselle.
 
Hélène Zannier, députée de la 7ème circonscription de Moselle
Hélène Zannier

Dans son allocution, Hélène Zannier assure Culture et Bilinguisme de Lorraine de son soutien ainsi que celui de ses collègues, Nicole Trisse et Christophe Arend. Tous trois membres du Groupe d’Amitié France-Allemagne de l’Assemblée Nationale, ils disent leur attachement au bilinguisme et à la langue allemande, à la fois reflet de la culture mosellane et chance pour le territoire.
Hélène Zannier ne méconnaît pas les difficultés de la mise en œuvre, le manque de professeurs, le manque d’attractivité de l’allemand auprès des jeunes, mais dit, après discussion avec le ministre Jean-Michel Blanquer et la Rectrice Florence Robine, la détermination de l’Éducation Nationale à faire avancer le dossier du bilinguisme.
 
 
 
 
Nicole Muller-Becker, vice-présidente de la région Grand-Est

Nicole Muller-Becker réaffirme la volonté forte de la région Grand-Est située au cœur de l’Europe et de son actuel président, Jean Rottner, de faire de la promotion du bilinguisme, de la défense et du partage de l’identité, un enjeu primordial. La Région est à l’écoute et au côté de l’association, dit-elle, afin de porter une volonté et de soutenir ce qui demeure un combat.
Nicole Muller-Becker souligne cependant percevoir de récentes ouvertures positives et une prise de conscience de la problématique par l’Éducation Nationale.
Elle souhaite à l’assistance une journée de réflexion fructueuse !
Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Le mot du Président : Léon Dietsch

Le mot des Présidents :

Léon Dietsch, Président de Culture et Bilinguisme de Lorraine :

«Penser le bilinguisme lorrain dans son environnement »

 

Léon Dietsch débute son intervention par la présentation de la problématique qui sera au cœur de la réflexion tout au long de la journée dont l’objectif sera de :

 

  • Penser le bilinguisme dans le siècle en cours,
  • Penser le bilinguisme dans son environnement,
  • Penser le bilinguisme dans sa définition,
  • Penser le bilinguisme dans ses modalités d’acquisition,
  • Penser le bilinguisme entre monolinguisme et plurilinguisme

 

Il lui importe en effet de penser le bilinguisme dans le siècle en cours, siècle de la mobilité et de la connectivité en faisant mémoire du passé, mais sans passéisme, ni folklorisme.

Léon Dietsch invite à questionner la géographie, l’histoire et la volonté politique au sein du territoire. La promotion du bilinguisme français-allemand ne saurait faire l’économie d’une réflexion sur les spécificités du territoire, sa complexité géo-linguistique et sociologique, sa dualité culturelle et son ouverture conjointe sur le Bassin Parisien et l’espace Rhénan. La Lorraine, terre meurtrie pendant un siècle par l’affrontement des nationalismes est aussi une terre de passages et d’accueil, un kaléidoscope humain.

Mais, ce sont sans doute la volonté politique et la demande sociale qui font le plus défaut…

Aussi, Léon Dietsch invite-t-il à penser un bilinguisme apaisé, hors les idéologies, comme un outil de médiation entre deux cultures, deux langues, deux États, un bilinguisme ouvert et inclusif, loin de tout dogmatisme, discours victimaire ou repli identitaire.

Il appelle à tracer un chemin afin de générer une demande sociale par un travail de pédagogie en interpellant l’institution scolaire et les décideurs politiques afin qu’enfin le bilinguisme passe en Lorraine de l’utopie… au possible !

Lire la présentation :

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Le mot du Président : Jean-Michel Niedermeyer

Jean-Michel Niedermeyer, Président de l’association LEHRER:

« Brève présentation de l’expérience alsacienne »

 

Dans sa présentation de l’expérience alsacienne, Jean-Michel Niedermeyer dresse un tableau de la situation linguistique en Alsace dont la langue régionale est celle de France comptant le plus de locuteurs. Il évoque ensuite la question de la définition de la langue régionale qui se pose avec une acuité renouvelée en Alsace sur le point de savoir si l’allemand standard était ou non partie intégrante de la langue régionale. Le Recteur Deyon avait, dans les années 1980, théorisé l’idée que la langue régionale d’Alsace et de Moselle avait une double expression, une expression écrite qui était l’allemand standard et une expression orale dialectale, mais Jean-Michel Niedermeyer observe qu’il existe aujourd’hui, ici ou là, une volonté de remettre en cause cet équilibre. Il considère également que les jeunes d’aujourd’hui ont davantage de mal à établir ce lien.

Après l’évocation de la diversité dialectale et les volontés passées ou actuelles de vouloir codifier ces dialectes, il dit sa méfiance à l’endroit du concept d’identité et la nécessité de dépasser la pensée nationale, la notion allemande de Heimat, la « petite patrie » régionale n’est aucunement antinomique de l’attachement à la France.

Il regrette le recul de la langue régionale inversement proportionnel à la croissance du français et dit la responsabilité qui incombe au milieu scolaire pour mettre en place une véritable politique linguistique à même de contribuer au maintien de la langue régionale.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Roland Pfefferkorn : « Quelle articulation entre français, dialectes et allemand standard ? »

Roland Pfefferkorn :

« Quelle articulation entre français, dialectes et allemand standard ? »

 

Roland Pfefferkorn, natif du pays de Bitche, est professeur de sociologie à l’université de Strasbourg.

Il a discuté dans son intervention des rapports entre langue écrite (le Hochdeutsch ou l’allemand standard) et langue parlée (l’allemand dialectal : daïtsch, plattdaïtsch platt…) à partir de la situation actuelle de l'Alsace et de la Moselle. Il a pris en compte le déclin considérable de la pratique des langues régionales depuis les années 1970. Il a toutefois insisté sur le caractère contradictoire du changement de langue (de l’allemand dialectal vers le français standard) au fil des générations. Ce changement de langue a été imposé par une République jacobine. Mais si la langue française a été la langue de l'institution scolaire, celle du maître d'école, elle était aussi, du point de vue des enfants, celle de l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. Du fait de cet aspect contradictoire, l’apprentissage du français standard a aussi permis une formidable ouverture, au monde des idées, aux livres, à la littérature... Le processus d'imposition linguistique ne se laisse donc pas réduire à cette seule dimension de l'imposition.

La prise en compte des changements linguistiques considérables intervenus en Alsace et en Moselle est de son point de vue, incontournable pour toute réflexion portant sur la question du bilinguisme et des classes bilingues régionales. Cette nécessaire prise en compte n’a rien à voir avec une quelconque adhésion à l'idée d'une supposée « supériorité » de la langue française. Par ailleurs, l'intérêt du bilinguisme, devrait aller de soi : les personnes qui maîtrisent deux langues (ou trois ou davantage) ont un avantage évident par rapport à celles qui n'en maîtrisent qu'une. Il a rappelé que c'est le bilinguisme qui prévaut dans la plupart des régions du monde, notamment en Asie et en Afrique, le monolinguisme représentant la situation la moins fréquente.

Lire l’article :

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Albert Weyland : « Madeleines et Spritz »

Albert Weyland :

« Madeleines et Spritz »

 

Madeleines et spritz, ou le roman sucré de la Lorraine…

 

C’est le titre d’un livre qui devrait paraître en 2018. Son auteur est Albert Weyland qui a bien voulu le présenter en exclusivité à notre colloque. Albert Weyland a publié un premier livre, en 2010, aux Editions Serpenoise. Son titre « Moselle plurielle, identité complexe et complexes identitaires » résume bien le particularisme mosellan. L’auteur est né en 1951 à Völklingen en Sarre, alors territoire français. Ses parents sont nés au début du siècle dernier : son père, à Macheren-Petit-Ebersviller et sa mère, à Bliesbruck, deux villages mosellans, annexés de 1871 à 1918.

Dans « Madeleines et spritz », Albert Weyland cherche à traduire la pluralité de la Moselle et de la Lorraine en s’appuyant sur les révélateurs identitaires que sont la pâtisserie et la confiserie. Il met en regard, entre autres bien sûr, la tarte au flan et le Kässkuche, la tarte à la mirabelle et le Quetschekuche, la tarte aux brimbelles et le Forêt Noire. Son ouvrage se lit comme un roman en raison des nombreux personnages qu’on y rencontre. Certains sont célèbres comme Auguste Escoffier ou le roi Stanislas, d’autres sont anonymes comme les mères et grands-mères dont chacun sait que ce sont elles qui préservent et transmettent le mieux la manière de fabriquer des spritz ou des macarons. Son livre, préfacé par Michel et Augustin, est un trésor d’érudition et un trésor esthétique en raison des photos de Karine Chassin. Le texte sublime les photos et réciproquement.

 

Au final, Albert Weyland fait la promotion d’une Lorraine gourmande dont il confirme la vocation de terre de rencontres, ouverte aux influences du monde et capable d’influencer le monde.

Lire la présentation :

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)